Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lutte contre les arnaques du web au cœur des services de Warning Trading

Publié le 11 Août 2017

La lutte contre les arnaques du web au cœur des services de Warning Trading

De plus en plus de seniors ou de retraités confient leurs épargnes à des sites Internet. Rapidité, gain facile et sans risques, mais surtout investissement sécurisé, les courtiers en ligne leur promettent souvent monts et merveilles pour qu’ils finissent par placer le maximum de sommes. Ce sont parfois un coup de pouce pour la retraite, des économies d’une vie ou même de l’argent qui leur permettrait de réaliser leurs rêves. C’est justement cette naïveté qui fait des personnes âgées un profil intéressant pour les arnaqueurs du web. Plus de 12 000 français ont été pris dans leur filet en 2012, aujourd’hui le chiffre est certainement plus accablant car les criminels du web ne cessent de développer de nouvelles techniques pour séduire et piéger leurs proies.

Arnaques et escroqueries sur le web- ces formes de cybercriminalité ne laissent pas les autorités indifférentes. La Warning Trading fait partie de ces entités qui luttent jour et nuit pour le rapatriement des fonds des victimes. Sa méthode ? Informer et mettre en garde les futurs épargnants sur les possibilités d’arnaques. En 2015, les 750 victimes qui ont décidé de faire appel au secours à Warning trading ont pu jusque là récupérer une part de l’argent perdu.

Nicolas Gaiardo – Warning Trading : quel est le rapport ?

 

Lorsqu’on parle d’aide aux victimes de sites illégaux, le nom de Nicolas Gaiardo est connu de tous. Lui-même étant piégé par un faux-courtier en 2007.

Le monde financier a été pour lui, fascinant. Suite à l’entrée en bourse de la société pour laquelle il travaillait à l’époque (2007), il se passionne pour le monde excitant de la finance et pouvait se remplir le portefeuille en une journée mais pouvait également tout perdre.   Le goût du risque l’a donc orienté vers un « conseiller » qui lui proposait de faire fructifier ses placements. Il essaie alors des produits dérivés plus risqués comme les marchés CFDs, les turbos, les warrants, etc. Nicolas Gaiardo cherche alors plus de levier avec moins de capital investi. Mais cette démarche n’est cependant pas sans risque. Les demandes par les courtiers commencent à se multiplier. Malgré tout, les affaires vont bon train jusqu’en 2010, où tout a basculé. Il a perdu des sommes importantes mais hésite de faire appel à un avocat, les fais d’engagement étant trop élevés. C’est à partir de là qu’est né le blog Warning trading – Warning qui signifie littéralement de l’anglais « Alerte ». En créant le blog, Nicolas Gaiardo cherchait à mettre en garde les futurs épargnants des risques élevés des placements en ligne. Il y partageait son expérience et progressivement, une communauté s’est formée autour des informations échangées dans le blog. D’autres victimes d’escroqueries se joignent à lui pour demander de l’aide. Certains ont tradé via des options binaires, fait des placements présumés à haute rentabilité. D’autres ont misé sur le Forex ou investi dans des terres rares ou des métaux précieux.

Le blog Warning Trading se transforme alors en entreprise, appelée Net & Law. Son objectif étant d’informer et d’aider les victimes à retracer leur argent perdu. De nombreux services sont mis à disposition des clients dont les cas font l’objet d’un travail acharné pour les 6 juristes et 3 enquêteurs de l’entreprise.

Le marché francophone : un profil cible pour les arnaqueurs du web.    

 

L’enquête menée par « Envoyé Spécial » sur les sites illégaux a révélé un chiffre alarmant quant au nombre de victimes d’arnaques du web. En 2015, plus de 24 000 français ont perdu leurs épargnes en choisissant de les placer dans des sites internet. Des sites qui n’ont rien de suspicieux à première vue. Ils répondent parfaitement aux conditions de respectabilité, diffusent des publicités enivrantes,  et engagent même un personnel pour contacter la future victime. Le but ici n’est pas de nouer contacts pour sympathiser, c’est une manipulation psychologique pure et simple utilisée afin de gagner la confiance du client. Une fois l’interaction établie, le profiteur s’empare très facilement de la somme qu’il souhaite. Si l’hésitation s’installe chez la future victime, l’interlocuteur n’hésitera pas non plus à faire preuve d’autorité et de manifester un marketing agressif pour mettre la pression à l’autre.

Les Français sont très ciblés par les arnaqueurs du web car c’est l’une des populations dans le monde qui  possèdent le plus de bas de laine. Les placements conventionnels ne sont pas toujours très rémunérateurs par rapport aux sites internet, voilà pourquoi de plus en plus de personnes confient leurs épargnes à ces sites. Le champ est libre pour les profiteurs du web, en seulement quelques clics, ils sont sûrs de parvenir à leur fin car ils ont tellement l’habitude des personnes vulnérables.

Les personnes âgées constituent un profil idéal pour les escrocs sans scrupule. Les seniors et les retraités ne maîtrisent ni les codes sur internet ni les techniques de cybercriminalité. La porte reste grande ouverte pour les arnaqueurs. Selon un analyste engagé par Nicolas Gaiardo, les personnes âgées ont besoin d’assistance permanente ; en multipliant les appels journaliers, les faux-courtiers chercheront à gagner la confiance de celles-ci en prétendant être un bon conseiller, voire un bon ami. Ils vont même chercher à rentrer dans leur vie et devenir plus proche que leur propre famille. Dans le besoin immédiat de faire fructifier leur argent, les futures victimes n’hésitent pas s’inscrire et à confier des sommes importantes à des sites illégaux.

Warning trading : une lueur d’espoir pour les victimes de sites illégaux.

 

Une chose est sûre : personne n’est à l’abri des menaces et dangers de la cybercriminalité. Manque de vigilance ou soif de gains sans risques ? L’important est  de toujours s’informer pour prévenir, et c’est d’ailleurs dans cet état d’esprit que Nicolas Gaiardo a créé le blog Warning Trading. En publiant des articles et vidéos sur les nouvelles techniques d’escroqueries sur Internet, le justicier des victimes aide les futurs épargnants à éviter le pire. Des références ainsi que les témoignages des 750 clients de l’entreprise Net & Law viennent appuyer l’efficacité des démarches adoptées par la Warning Trading.

Parmi les services de rapatriement de fonds et de prévention de perte liée à l’arnaque, Nicolas Gaiardo et son équipe ont mis en place un service d’accompagnement juridique, baptisé « Broker Defense ». A cela s’ajoute le « Check and pay », un service de vérification d’informations avant tout paiement par Carte Bleue ou virement bancaire. La Warning Trading dispose de tout un arsenal juridique et financier pour lutter contre les sites illégaux.

Les médias n’ont d’ailleurs pas manqué de parler des différentes interventions de Warning Trading. L’émission « Envoyé spécial » a profité d’une enquête sur les arnaques du web pour mettre les services de Nicolas Gaiardo sous les feux du projecteur. Dans son passage au plateau de la BFM Business aux côtés de Marielle Cohen-Branche (médiatrice de l’AMF), il prodiguait des conseils bien pensés afin d’éviter les arnaques sur Internet.

Nicolas Gaiardo revient toujours sur son expérience personnelle pour fournir une illustration pertinente aux autres épargnants. Cette expérience l’a d’ailleurs poussé à créer le blog Warning Trading qui est désormais le portail d’information préféré des victimes d’arnaques de sites illégaux. De trader repenti en justicier, Nicolas Gaiardo est aujourd’hui une véritable référence en matière de rapatriement de fonds et de lutte contre les arnaques sur les sites de trading. En savoir plus sur Nicolas

Moralité : la cybersécurité est l’affaire de tous. La vigilance est de mise car les cybercriminels peuvent s’attaquer à tout type de personnes du moment qu’ils y trouvent un profit potentiel. Rappelez-vous  qu’il n’y a pas de solution miracle pour se prémunir contre les dangers de la cybercriminalité. Si vous détectez un comportement ou contenu suspect, signalez-le auprès de l’Autorité des Marchés financiers ou plus simple, contactez la WT pour confirmer le doute. Il n’est pas nécessaire de porter plainte si aucun préjudice n’a été subi (argent perdu, par exemple).

Commenter cet article